La poésie dit tout, surtout lorsqu'elle ne dit rien.
Elle engendre doute et fragilité.
Elle est désir.
Bien plus qu'une espérance,
une certitude incertaine
vacillant dans le vent,
s'accrochant aux nuages.
Elle est ce qui naît,
là où s'arrête la pensée.
Elle se nourrit d'ombres et de lumières,
s'abreuve d'invisible.
A sa source,
quelques gouttes d'espoir.
L'Indicible Présence.
Elle est cette absence entre deux battements de cœur
imposant l'envol, la pulsation de vie.