06 novembre 2012

Juste une pensée

Parfois je sens sur mes lèvres
la douceur de tes lèvres
tendre papillon
pensées en bouton
Je goûte leur saveur
au parfum de candeur
Ô songe insensé
j'ai gardé
dans les pages de mon cahier
cette étreinte rêvée
comme une fleur d’été

Juste une pensée

Posté par esprits-rebelles à 23:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 novembre 2012

Goethe

Des Menschen Seele gleicht dem Wasser:
Vom Himmel kommt es, zum Himmel steigt es,
und immer wieder nieder zur Erde muss es,
ewig wechselnd.

L'âme de l'Homme est semblable à l'eau :
Elle vient du ciel, monte au ciel,
et ici bas, sur terre, toujours revient
éternellement changeante.

Posté par esprits-rebelles à 21:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les deux pierres

Céans, une pierre grise
surgit du néant
façonnée par les mots.
Poésie d'âmes sœurs,
ibériques senteurs.
Au désarroi, elle est présent
d'une assise de soi,
un refuge, hermana,
pour les cris de ces plumes.

Là-bas, une pierre océan,
parfum d'écume,
laissé sur la grève
façonnée par les doigts
des rêves de l'Amante.
Au ressac de ses mots
l'amour s'est tu.
L'eau s'est retirée,
le silence est resté.

Posté par esprits-rebelles à 17:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Murmures

J’écoute les murmures du matin
papillonnant entre les feuilles d’un arbre
abris de mes rêves d’amante
Rêves brume
qu’un rayon de soleil cruel
disperse aux quatre vents
et dont les lambeaux dansent encore
accrochés aux branches
lorsque vient la nuit
Rêves lune
qui se mirent dans les racines du temps
guettant le reflet de l’amant
Rêves fous
d’un amour qui s’envole
quand tombent les feuilles
Elles chuchotent à l’oreille du vent
des mots joués sur une harpe silence
musique étoilée
murmures virevoltants
qui se poseront peut-être
au creux de son coeur

Posté par esprits-rebelles à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 novembre 2012

Le chemin

Je marche sur un chemin.
D’autre avant moi l’on arpenté.
Et pourtant,
Nul ne l’a jamais emprunté.
Je suis ce chemin.
Il me mène vers Toi.
Dans le silence des pierres,
Je cherche ma trace
Et je trouve ton sourire.
Le chemin ne mène nulle part
Ailleurs que dans Ton cœur.

Posté par esprits-rebelles à 17:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 novembre 2012

Parfums

Lorsque le jour sombre et décline
à l'horizon de nos vies inachevées,
que la lumière de la nuit
luit sur l'orient et allume le ciel
de mille et une morts en devenir.
Alors qu'au loin je te sais enfermé
entre des murs ruisselants d'âmes malades,

Pour toi,
je cueille le crépuscule en fleur
et les parfums enivrants des bruyères
d'une terre sorcière.
Pour toi,
je garde leur douceur,
fragrance d'aurore
d'une brise nocturne.

 

Posté par esprits-rebelles à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 octobre 2012

Angélique Ionatos - Le funambule (de Caussimon)

"Notre monde est un peu nécrophile. La noirceur comme le pessimisme sont de mise. Il y a là un côté fin du monde propre à notre temps. Moi, je pense que la poésie est par excellence l’art qui doit porter non pas de manière bêtement optimiste vers une espérance, mais politiquement et poétiquement, aller vers quelque chose qui soit porteur d’espoir. C’est ce qui nous manque à nous tous, comme à la jeune génération. La poésie, c’est la lucidité et l’utopie aussi. Et la beauté. Au sens grec : indissociable de la justice et de la justesse. […]"
 Angélique Ionatos - La parole poétique est une parole politique et prophétique -
Journal Lecture sous l'Arbre, 2012

 

Posté par esprits-rebelles à 23:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ne dis pas
que c'est l'Amour que j'aime à travers Toi.
Car je T'aime, c'est indéniable
Cet Amour inaliénable, 
est la voilure de mon âme
pour voguer jusqu'à Toi.

Et je n'ai d'autre souhait, mon Bien Aimé,
que d'être libre à tes côtés.
L'Amour est liberté,
l'Amour de Toi est joie
Il est Silence en ta Présence
Il est sourire, comme un envol
 

Posté par esprits-rebelles à 22:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Olav Hauge

«Je suis un bateau
sans vent.
Tu étais le vent.
Etais-ce le cap que je devais prendre?
Qui se soucie du cap
quand on a un tel Vent!»
-Nord Profond-

 La poésie d'Olav Hauge est tendre et rude comme le pays qui l'a vu naître, la Norvège.
 Il a publié une quinzaine de recueils. Deux ont été traduits en français dont "Nord Profond", magnifiquement illustré par François Monnet. Ce titre était une énigme pour moi, jusqu'à ce que je lise ce poème :

"... Tu n'iras pas plus loin
que là où Bashô est allé
à pied"

 Bashô était un poète japonais du XVIIè, qui entreprit un voyage, à pied, vers le Nord du Japon, l'Ile d'Hokkaïdo. Pour les japonais, le voyage vers le Nord, revêtait une signification profonde. C'était un voyage initiatique, car le Nord représentait la sagesse et il était d'usage qu'un poète fît ce voyage. Pour Bashô, initié au bouddhisme Zen, il fut une source d'inspiration autant qu'une recherche du dépouillement.
Hauge connaissait-il l'histoire de ce voyage ? Sans aucun doute ! La poésie l'a sauvé de la folie et je lui suis aujourd'hui reconnaissante, ainsi qu'à François Monnet pour la traduction et les photos, d'avoir ouvert la porte vers ce "Nord Profond".

Posté par esprits-rebelles à 21:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 octobre 2012

Christian Bobin

« L'âme est une fleur creuse de sang rouge. Elle frémit sous les ondées du chant. Elle s'ouvre dans l'éclaircie d'une voix. L'esprit s'éveille au creux du corps, au tronc du souffle, aux racines de la chaire. Puis il s'élève dans la gorge et s'enflamme dans l'air pur.» 
- La Part Manquante.-

~~~~~~

Christian Bobin ne raconte pas une histoire, il parle de moi, de nous. Ses mots ne disent rien, ils nous racontent. Ils sont comme ces histoires que l’on écoutait enfant, qui faisaient naître des images, des aventures. Ce ne sont pas les mots qui importent mais toutes ces images qu’elles suscitent. D’ailleurs ils sont parfois comme ces rêves que l’on ne comprend pas mais dont l’émotion, bien réelle, reste en impression sur notre cœur, devant nos yeux. Ils ne parlent pas à l’adulte que nous sommes mais à l’enfant que nous avons oublié d’être, que nous avons été peut-être, oui mais c’était il y a si longtemps.J’ai aimé chacun des tableaux de ce petit livre, je les lis, les relie et sous mes yeux ébahis apparaît un paysage aux couleurs pastelles avec parfois une touche un peu plus vive qui attire l’œil comme un souvenir et fait naître un sourire dans les yeux de l’enfant qui s’émerveille, sur mes lèvres qui se souviennent de ces chants d’antan.

“Ce n’est pas pour devenir écrivain que l’on écrit”. En effet, il n’est pas un écrivain comme les autres. Il peint avec les mots

Posté par esprits-rebelles à 20:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]