10 octobre 2015

Derrière l'hôpital
un pommier chargé
Le sol est jonché de fruits
En octobre les pommes d'or tombent et se flétrissent.

Posté par Auria_ à 23:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Noir et blanc

Sur le damier 
noir et blanc
en vers de vie
en flamme d'Ô
la vieille  Dame
s'étend et répand
le feu de l'aurore
Noir et blanc de deux cœurs 
miroir où s'effleurent les couleurs
Derrière les tains de l'automne
ni terre ni ciel
mais l'éphémère
Blancheur d'une page
d'où s'envole l'ether
sous les caresses demain

rose-234483_640
pixabay.com

 

 

Posté par Auria_ à 00:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

02 octobre 2015

Vieillesse du jour

La nuit n'est pas tout à fait là.
Le ciel se teinte encore d'opaline,
de tourmaline.
Sur la ligne d'horizon
où s'éloignent les tourments,
où disparaissent les pas des rêveurs
derrière le halo mouvant
de phares qui ne gardent rien,
doucement la terre se replie,
les étoiles se déplient
et les pensées s'enfoncent dans le flot noir
s'écoulant de l'orient.
La campagne s'y noie,
maisons, arbres, êtres vivants ou morts
tout s'efface.
Ici et là des îlots de clarté,
des lucioles égarées époumonent la vie.
La nuit s'est posée et dérobe à la vue
l'eau pale de l'horizon
où s'en allait le ruban gris de la route.
Où s'en va-t-il maintenant ?
Derrière la lumière des lampadaires
l'obscurité dissimule l'éclat
de l'azur où les astres s'unissent.
Demain s'endort
en rêvant de sa jeunesse d'hier,
tandis qu'aujourd'hui ploie
sous le poids des heures écoulées,
sous le fardeau de ceux
dont les yeux s'ouvrent dans le cieux.
Fatigué, comme on s'appuie sur une canne,
le jour s'appuie sur les feux aveuglants
qui percent les ténèbres,
ici et là,
lorsqu'une ville paraît. 
Mais, irrésistiblement il décline,
la vieillesse le poursuit.
Au fil de la route, les lueurs s'éteignent
et le jour succombe
laissant derrière lui des souvenirs brillants
sur la voûte noire qui recouvre la terre.

 

 

 

Posté par Auria_ à 22:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

01 octobre 2015

Cosmos

Dans la lumière
frémissent les cosmos en fleur
de fragilité
D'un souffle tout en couleur, l'âme tressaille un instant

 

Posté par esprits-rebelles à 18:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 septembre 2015

Lune dorée

Comme un soleil pale
sur un ciel encre de chine
la lune dorée
D'étoile en émoi volent les papillons à minuit

 

 

Posté par Auria_ à 22:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


27 septembre 2015

Les Mains Fertiles

« Ceux qui l’ont vécu vous le diront : voir un de ses propres poèmes traduit en langue des signes est une émotion incomparable. C’est parce que j’ai vécu cette émotion que j’ai souhaité devenir l’éditeur de la première anthologie de poésie en langue des signes française. Ce livre et le DVD qui l’accompagne donnent à lire, à voir et à entendre cinquante poètes contemporains, sourds et entendants, venus de tous les horizons. Une mosaïque de cultures et de voix. Les poètes de cette anthologie se trouvent reliés par une interprétation gestuelle qui est un acte poétique en soi. Les vidéos donnent à voir la mise en corps des poèmes révélant une langue au-delà des mots. Cette émotion rare, je souhaite aujourd’hui la faire partager au public. »

Bruno Doucey

 

 


http://www.editions-brunodoucey.com/les-mains-fertiles/

 

Posté par Auria_ à 07:58 - Commentaires [3] - Permalien [#]

26 septembre 2015

Route

Sans un but, rouler.
Les lacets de la route
défont les pensées
D'ocre et de sienne est le ciel où s'égarent les rêves

 

Route%20sinueuse%20de%20montagne
Image internet

 

Posté par Auria_ à 18:24 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

25 septembre 2015

« Trouver la paix en soi, c'est participer à la guérison de ce monde »

                                                Arnaud Desjardin

Posté par Auria_ à 08:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 septembre 2015

Rose princière

La rose blanche
toute bordée de fuschia
embaume l'aube.
En son cœur est la lumière du levant de ce jour.

 

P1012184

 

Posté par Auria_ à 07:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

20 septembre 2015

Au bord de l'étang,
habité de silence
le banc vide attend.
Dans le couchant du soleil les rêves s'y allongent.

 

20141205-093231
Etang Autry-Issard

Posté par Auria_ à 22:34 - - Commentaires [5] - Permalien [#]