La misère traverse les mers
Quelle grève pour l'accueillir ?
Les galets sous la jetée ne garde pas de traces
du froid qui souffle les regards
hagards.

Qui peut comprendre la souffrance
quand un missile vient exploser le monde
que la sagesse est liesse et déchirure tout à la fois.
Quand l'esprit se partage et que s'épouse les crépuscules.
L'écorchure de la vie ruissèle sur le vent
sans un bruit.
En un cri si puissant qu'il éteint les volcans.
Le feu brûle et dévore ce qui reste du monde
Et le monde n'en a cure
Dans le silence froid un brasier enlumine
l'indicible et ses pas
Et Toi qui devances les miens.